Categorie

Comment les bandes dessinées ont réagi à nos vies confinées et anxieuses de Covid

Sur les réseaux sociaux ce printemps, le prolifique dessinateur né en Tasmanie Simon Hanselmann a saccagé les brillantes sources de revenus numériques (Patreon, NFT) que certains artistes embrassent, disant aux fans d’acheter ses vrais livres, et vantant la puissance de son médium dans son fondement, stylo- sous forme papier :  » Les bandes dessinées sont meilleures que la télévision, meilleures qu’Internet, le meilleur de tous les arts. Visions pures. Autonomie. »

Le meilleur de tous les arts ? Pourquoi pas ! CRISIS ZONE (Fantagraphics, 287 pp. 29,99 $), le dernier livre de Hanselmann, montre avec assurance à quoi ressemble une telle liberté visionnaire, et comment l’immédiateté de la forme est l’une de ses principales vertus. Chaque page est une grille de 12 carrés clairsemés dans lesquels tout peut arriver : sexe et violence de toutes sortes, commentaires sociaux et consommation débridée de drogue, esprit scabre et vraie tendresse. Comme dans ses cinq livres précédents, Hanselmann raconte la vie de ses personnages dissolus Megg (sorcière), Mogg (chat/petit ami) et Owl (hibou), et de leurs nombreux amis, amants, progéniture et ennemis – des rôles qui sont sujets à changement toutes les quelques pages.

Au début de l’année dernière, Hanselmann surmontait les succès récents et (comme il le pense dans les notes de fin)  » 2020 était sur le point d’être un autre bang  !  » – voyages internationaux, faire la fête sans escale, suite à son grand livre de 2019 « Bad Gateway ». Mais, comme nous le savons, le coronavirus avait d’autres plans, enfermant les artistes et le public à la maison. Hanselmann a pivoté pour créer ce qu’il appelle cette « chose répugnante », un webcomic en série gratuit, et a pensé que le monde reviendrait à la normale dans un mois. Au lieu de cela, Covid a continué à empirer, et du 13 mars au 22 décembre, Hanselmann a continué à mettre son écurie de mécréants usés dans l’essoreuse. Ce livre est sorti de cette année angoissante.

Cela commence avec Megg, Mogg et Owl à la maison alors que l’épidémie devient de plus en plus inquiétante. La principale préoccupation de Megg est que sa précommande Animal Crossing sera désormais retardée : un instantané parfait de l’ignorance du début de la pandémie. Bientôt, la maison est remplie d’invités non invités (si masqués) : Werewolf Jones et ses deux enfants sauvages (portant du papier toilette), la femme trans à écailles vertes Booger et le froid, moustachu Mike (un fan de Harry Potter). Au grand désarroi de Owl, Jones commence à se livrer à des actes sexuels devant la caméra pour de l’argent. ( » J’ai perdu mon travail d’entrepôt « , dit Jones.  » Je n’ai pas un travail de type  » travail à domicile  » fou comme vous. « ) de dépravation domestique – il exige une part du nouveau concert de Jones et dicte le contenu.

Netflix vient alors appeler, transformant le ménage en une émission de télé-réalité à succès – le titre est une variante NSFW sur  » Tiger King  » – avec des retombées et des retrouvailles. Dans une grande blague en cours d’exécution, un micro perche se glisse dans le cadre lors d’une scène typiquement anarchique. Les lignes de l’histoire s’étalent, tandis que les personnages partent pour des voyages parallèles. Le rythme est effréné, le dialogue non-stop. Hanselmann a une grande oreille pour le smack talk et un talent pour la blague de la culture pop déployée avec précision. (Mogg s’implique avec Mitzi, un sosie de Megg qui se fait tatouer  » 100 % cette sorcière « .) sur toutes les surfaces.

Les personnages délicatement colorés de Hanselmann – humains, monstres, animaux – attaquent, ont des relations sexuelles et se torturent avec une régularité choquante, mais il y a quelque chose d’étrangement affirmant à quel point tout cela est éphémère. Si les enjeux sont faibles, l’effet global est – pour les lecteurs qui réussissent – ​​une source d’inspiration. Des personnages mortellement blessés reprennent vie. Tous les résidents d’origine contractent Covid tôt et survivent. Né de la générosité et du désespoir, « Crisis Zone » est la première grande œuvre de fiction pandémique.

D’une manière étrange, « Crisis Zone » me rappelle « In the Shadow of No Towers » d’Art Spiegelman de 2004. Un livre grand et lourd imprimé sur des planches, c’était en partie un rassemblement de 10 réponses audacieuses aux attentats du 11 septembre, et en partie une lettre d’amour à la bande dessinée. À la suite des attaques, Spiegelman a écrit,  » les seuls artefacts culturels qui pouvaient franchir mes défenses… étaient de vieilles bandes dessinées ; éphémère vitale et sans prétention de l’aube optimiste du 20e siècle. Ce sont ces bandes dessinées dessinées à grande échelle d’autrefois (par exemple, « Little Nemo in Slumberland » de Winsor McCay et « The Yellow Kid » de RF Outcault ») qui étaient capables de transmettre l’ampleur des tours jumelles, leur destruction et tout ce qui a suivi..

« In the Shadow » était son dernier livre original pour adultes, paru 13 ans après le deuxième volet de « Maus », ses mémoires graphiques marquantes de ses parents, de l’Holocauste et du traumatisme intergénérationnel. C’est donc un régal inattendu de le voir collaborer avec le romancier postmoderne Robert Coover sur STREET COP (isolarii, 104 pp. 19,95 $), une alouette de la taille d’une paume avec une couverture environ un dixième de la taille de son prédécesseur. Coover joue avec les tropes de la fiction policière, se mélangeant généreusement à la science-fiction et à l’horreur.  » Les quartiers ont changé de place « , écrit Coover.  » Imprimer des rues entières dans des thermoplastiques recyclables était devenu monnaie courante, transformant la ville en un labyrinthe déroutant. Une mesure de sécurité contre le terrorisme. Une IA de type Alexa. nommé Electra guide le protagoniste policier à travers sa journée surréaliste.

Des personnages légendaires se déchaînent dans les petits dessins denses de Spiegelman : le cuivre titulaire est Sluggo d’Ernie Bushmiller ; Little Orphan Annie, Betty Boop, Mutt et Jeff apparaissent dans un bar nu. « Street Cop » fonctionne comme une quasi-suite de « In the Shadow » dans sa description fantastique d’une ville transformée, et dans ses citations d’histoire de bande dessinée et finalement ses couches de terreur. Nulle part dans le texte, Coover n’indique qu’il souhaite que Dagwood Bumstead rencontre le célèbre Crypt-Keeper d’EC Comics, mais Spiegelman remonte à ce puits de l’histoire de la bande dessinée parce qu’il sait où se trouvent les sources du pouvoir.

La bande dessinée de quarantaine la plus époustouflante que j’ai vue est THE DANCING PLAGUE (SelfMadeHero, 192 pp. 20,99 $), de l’artiste britannique Gareth Brookes. Il tire ses repères graphiques d’avant l’apogée de la bande dessinée dans les journaux américains – environ 400 ans auparavant. Pour raconter l’histoire d’une manie de danse du XVIe siècle, dans laquelle les Strasbourgeois étaient affligés d’une envie pressante (voire mortelle) de boogie, Brookes a étudié l’art de Bruegel et Bosch, qui vivaient à proximité de cette époque. Plus radicalement, il a utilisé un « stylo thermique » – une sorte de fer à souder – pour dessiner les scènes sur calicot. Cette pyrogravure transmet la saveur d’un monde perdu : faible, incertain (il a noté que les outils étaient  » extrêmement imprévisibles « ) et juste ce côté des cendres.

Pour la ponctuation, Brookes a sorti son kit de couture. Avec du fil coloré, il a représenté des dizaines de démons à l’air fou : cornus et cornés, certains avec des ailes d’insectes, d’autres avec des pattes en queue de poisson, beaucoup avec de multiples visages. Dans une scène hallucinatoire, une tête de Jésus flottante et cousue de bleu verse d’épaisses gouttes de sang tricoté qui coulent le long d’une montagne comme de la lave. Avec le feu et l’aiguille, Brookes crée un livre comme nous n’en avons jamais vu auparavant.