Categorie

Histoires autochtones dans les livres et les films

« Returning Home » est un nouveau livre sur l’école indienne Intermountain dans l’Utah. Il présente des œuvres d’art et de la poésie des étudiants. Farina King est professeur agrégé d’études amérindiennes à l’Université de l’Oklahoma – et est l’un des trois auteurs.

Le Festival international du film de Toronto se termine ce week-end. L’envoyé spécial d’ICT, Miles Morriseau, était présent pour la soirée d’ouverture. On entend les commentaires de Buffy Sainte-Marie sur la doctrine de la découverte.

Ku Stevens rend à nouveau hommage à son arrière-grand-père lors de sa deuxième course commémorative annuelle. Le but de la course est d’honorer les enfants qui ont survécu aux internats, ainsi que les enfants qui ne sont jamais rentrés chez eux. Sierra Alvarez d’ICT a l’histoire.

Alvarez, est stagiaire ce semestre pour l’ICT Newscast, avec Pacey Smith-Garcia. Il nous rapporte cette histoire de jeunes Inuits qui apprennent des façons de maintenir leurs traditions.

Raconter des histoires est ce que Ramona Emerson fait habituellement avec la vidéo, mais cette fois, elle a écrit un roman. « Shutter » est décrit comme un thriller, un thriller et une horreur surnaturelle, tous basés près de la nation Navajo à Albuquerque, au Nouveau-Mexique.

Faites défiler pour continuer

Un nouveau film documentaire, « Pour Walter et Josiah », se concentre sur la réserve indienne de Flathead dans le Montana. Septembre étant le mois national de la sensibilisation à la prévention du suicide, la correspondante principale des TIC, Patty Talahongva, s’est entretenue avec la productrice exécutive, Dana Hewankorn. Elle a parlé des 22 citoyens qui se sont suicidés en 2017, sur lesquels son film est basé.

Une tranche de notre monde autochtone

  • De nouvelles politiques fédérales visent à améliorer l’intendance autochtone partout aux États-Unis. Le National Park Service a publié mercredi de nouvelles directives pour renforcer la représentation autochtone dans la gestion des terres fédérales. La nouvelle politique sur ce qu’on appelle la co-intendance vise à donner un cadre plus solide aux gestionnaires de parcs pour travailler avec les nations tribales.
  • Une femme autochtone espère sensibiliser les gens aux pensionnats d’une manière unique. Elle marche à travers le Canada pour les enfants des pensionnats qui ne peuvent pas. Tamara Pimentel d’APTN raconte l’histoire.
  • La nation Cherokee a adopté un budget de 3,5 milliards de dollars la semaine dernière. Il s’agit du plus gros budget de fonctionnement de l’histoire de la tribu. Le chef principal Chuck Hoskin Jr. a déclaré que les fonds fourniront une « couverture de protection » aux citoyens et visiteurs Cherokee.

Le journal télévisé d’aujourd’hui a été créé avec le travail de :

Shirley Sneve, Ponca/Sicangu Lakota, est vice-présidente de la diffusion pour ICT Newscast. Suivez-la sur Twitter @rosebudshirley. Elle est basée dans le Nebraska et le Minnesota.

Aliyah Chavez, Kewa Pueblo, est la présentatrice de l’ICT Newscast. Sur Twitter : @aliyahjchavez

R. Vincent Moniz, Jr., NuÉta, est le producteur principal de l’ICT Newscast. Vous avez une belle histoire ? Présentez-le à [email protected]

McKenzie Allen-Charmley, Dena’ina Athabaskan, est productrice de l’ICT Newscast. Sur Twitter : @mallencharmley.

Patty Talahongva, Hopi, travaille pour ICT. Suivez-la sur Twitter : @WiteSpider.

Maxwell Montour, Pottawatomi, est un éditeur de bulletins d’information pour l’ICT Newscast. Sur Instagram : max.montour. Montour est basé à Phoenix.

Kaitlin Onawa Boysel, Cherokee, est productrice/reporter pour ICT. Sur Instagram : @KaitlinBoysel.

Drea Yazzie, Diné, est productrice/monteuse pour le journal télévisé ICT. Sur Twitter : @quindreayazzie Yazzie est basé à Phoenix.

Sierra Alvarez, Navajo, est stagiaire au journal télévisé ICT. Sur Twitter : @sierraealvarez.

Pacey Smith Garcia, Ute, est stagiaire pour le journal télévisé ICT. Sur Twitter : @paceyjournalist

Indian Country Today est une organisation de presse à but non lucratif. Soutiendrez-vous notre travail ? Tout notre contenu est gratuit. Il n’y a ni abonnement ni frais. Et nous avons embauché plus de journalistes autochtones au cours de la dernière année que n’importe quelle agence de presse ─ et avec votre aide, nous continuerons à grandir et à créer des cheminements de carrière pour nos gens. Soutenez Indian Country Today pour aussi peu que 10 $.